Je t’aime moi non plus : les classiques de Bulledop

bulledop-un-texte-un-jour

« Pour moi les contemporains d’hier sont peut-être les classiques d’aujourd’hui et rien ne dit que nos dernières parutions ne seront pas les prochains Zola »

Si la plupart des lecteurs, tombent, comme Obélix, tout petits dans la marmite de la lecture, d’autres connaissent des révélations tardives, qui ne s’en révèlent pas moins fulgurantes. Emilie, ou plutôt Bulledop, puisque tel est son surnom, est de ceux-là ! Cette blogueuse et surtout youtubeuse, qui n’a pas son pareil pour nous offrir une vision revigorante et décomplexée de la littérature, nous raconte une passion tardive mais dévorante. Et elle nous rappelle une chose, capitale : l’important est de lire, classiques ou pas classiques…

Emilie, quelle lectrice de classiques êtes-vous ou avez-vous été ?

Je suis une lectrice modérée de classiques et j’étais une lectrice traumatisée par ces derniers et la lecture en général lorsque j’étais encore scolarisée ^^ En effet j’ai commencé à apprécier la lecture et les livres qu’une fois arrivée en seconde. J’ai eu le déclic littéraire grâce à mon enseignante de français de l’époque qui a su me transmettre sa passion pour les livres en s’appuyant sur notre lecture imposée de l’époque : Fahrenheit 451 de Ray Bradbury. Avant ça rien ne me repoussait plus que livre.

Quels classiques constituent vos livres de chevet ? À l’inverse, y a-t-il des classiques qui vous tombent des mains ?

Mes classiques préférés sont : Orgueil et préjugés de Jane Austen, Les Liaisons dangereuses de Laclos, Fahrenheit 451 du coup de Ray Bradbury ou encore L’Odyssée d’Homère. Ils sont en grande partie des livres que j’ai pu découvrir pendant mes années de lycée pour la plupart. À l’inverse j’ai beaucoup de mal avec le genre de la poésie et dernièrement Les hauts de Hurle-vent d’Emily Brontë ne m’est pas tombé des mains, mais ne m’a laissé plutôt pantoise.

Quels plaisirs spécifiques la lecture d’un classique de la littérature  vous apporte-t-elle ?

Je ne fais pas franchement de différence entre ce qu’on appelle un classique et un livre plus contemporain, pour moi les contemporains d’hier sont peut-être les classiques d’aujourd’hui et rien ne dit que nos dernières parutions ne seront pas les prochains Zola. Du coup avec cette perspective je n’ai pas à proprement parler de plaisir spécifique concernant la lecture exclusive d’un classique. Comme pour tous les livres j’attends d’une lecture qu’elle me fasse vivre des émotions et qu’elle m’enrichisse à sa manière une fois le livre terminé.

Vous êtes blogueuse et booktubeuse. Est-ce que l’on chronique différemment un classique d’un roman contemporain ?

Absolument pas, comme je le disais plus haut, je ne fais pas vraiment la distinction. Ceci dit je tenterai sûrement un peu plus de pousser ma communauté à découvrir le plaisir de lire un classique qu’habituellement, car je sais les préjugés qu’on peut avoir sur ces derniers. Je n’oublie pas le mal que j’ai eu à considérer la littérature comme un plaisir et non pas comme une contrainte. Or malheureusement on a souvent tendance à assimiler contrainte de lecture et grand classiques de la littérature puisqu’ils sont la base de nos cours de français/ littérature au cours de notre scolarité.

Comment expliquez-vous le regard que l’on porte habituellement sur les classiques ?

Je pense que le fait qu’on étudie en classe des classiques n’aide en rien leur réputation. C’est bien connue la plupart des gens n’aiment pas être contraint à quelque chose. Le fait de contraindre les élèves à lire des classiques peut leur laisser un vilain arrière-goût dans la bouche qui les amènera à croire que classique rime avec ennui. C’était malheureusement mon cas, mais attention je sais que ce n’est pas l’intention des enseignants de nous contraindre à lire, au contraire je pense qu’ils ont l’envie de nous faire découvrir toutes les richesses de notre patrimoine et c’est une bonne chose, seulement je pense que les programmes sont trop fermés aujourd’hui et que c’est notre perception même de l’école qui nous pousse  en vouloir aux classiques ^^

Pensez-vous qu’il soit nécessaire, utile, de transmettre la lecture de classiques, de transmettre une certaine idée de la littérature ?

Je pense que oui c’est important, après il y a beaucoup de moyens de transmission possible, reste à trouver les bons. Par contre j’ai un peu de mal avec l’élitisme qu’on cherche à nous inculquer face à ce genre. Je pense que peu importe ce que lisent les gens ce qui compte vraiment c’est qu’ils lisent.

 C’est ce que j’essaie de transmettre au travers de mes vidéos. Pour moi la désacralisation du livre est importante, car c’est cette forme d’élitisme qui pousse les gens à se cacher pour lire dans les cours de récré de peur d’être catalogué comme « intello » ( on sent le vécut un peu ? ^^ ) On a tendance à oublier que les lecteurs d’aujourd’hui seront les lecteurs de demain. Or à force de dire à ces derniers que ce qu’ils lisent n’est pas de la « vraie » littérature, à force de les forcer à lire des livres qui ne les intéressent peut-être pas pour le moment ( attention je ne parle pas de lecture scolaire ici ) ou de les juger sur ce qui les intéresse vraiment on les pousse à voir le livre en général comme une corvée. Il m’arrivait souvent de voir passer à la librairie de jeunes gens qui souhaitaient lire un livre et que leurs parents nous amenaient pour nous demander de leur trouver un « vrai » livre. Je reste persuadé que notre culture, cet élitisme qu’on semble transmettre à l’activité de la lecture en général coule peu à peu le livre lui-même. J’ai été victime de tout ce mauvais côté, j’essaie donc de contrebalancer cette tendance avec les outils que j’ai à ma disposition en m’appuyant sur mon expérience. Les classiques valent le coup d’être découvert, il faut juste apprendre à les apprécier, je pense. 🙂 

Vous souhaitez en savoir plus sur Bulledop ? Découvrez sa chaîne Youtube ainsi que son blog !

Découvrez sa vidéo Mes cinq classiques préférés

Sarah Sauquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *