Les 10 plus beaux excipit de la littérature

Notre-Dame-de-Paris-Un-texte-Un-jour

On appelle « excipit » les dernières lignes d’un récit, roman ou nouvelle. L’excipit, dont la longueur est variable (on peut parler de la dernière phrase d’un récit, ou alors d’un ou plusieurs paragraphes) constitue un enjeu majeur, car il marque la résolution – ou non de l’intrigue. L’excipit doit être justifié et amené. L’excipit peut être fermé (toutes les intrigues sont résolues) ou alors ouvert. Le destin des personnages reste alors en suspens. Les excipit ouverts peuvent indiquer que l’œuvre en question aura une suite.

Certains excipit sont restés particulièrement célèbres dans la littérature. Après avoir traité des incipit dans un précédent article, petit tour d’horizon des célèbres dernières phrases de romans.

 L’excipit en forme de happy end

L’excipit d’Au Bonheur des Dames d’Emile Zola : « Il ne lâchait pas Denise, il la serrait éperdument sur sa poitrine, en lui disant qu’elle pouvait partir maintenant, qu’elle passerait un mois à Valognes, ce qui fermerait la bouche du monde, et qu’il irait ensuite l’y chercher lui-même, pour l’en ramener à son bras, toute-puissante. »

Les excipit les plus tragiques

L’excipit du Rouge et le Noir de Stendhal : « Mme de Rênal fut fidèle à sa promesse. Elle ne chercha en aucune manière à attenter à sa vie ; mais, trois jours après Julien, elle mourut en embrassant ses enfants. »

L’excipit du Côté de Guermantes de Proust : « «  Et puis vous, ne vous laissez pas frapper par ces bêtises de médecin, que diable ! Ce sont des ânes. Vous vous portez comme le Pont-Neuf. Vous nous enterrerez tous ! » »

L’excipit de Belle du Seigneur d’Albert Cohen : « et soudain la naine lui demanda d’une voix vibrante, lui ordonna de dire le dernier appel, ainsi qu’il était prescrit, car c’était l’heure. »

Les excipit les plus bouleversants

L’excipit de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo : « Il n’avait d’ailleurs aucune rupture de vertèbre à la nuque, et il était évident qu’il n’avait pas été pendu. L’homme auquel il avait appartenu était donc venu là, et il y était mort. Quand on voulut le détacher du squelette qu’il embrassait, il tomba en poussière. »

L’excipit des Misérables de Victor Hugo : « Il dort. Quoique le sort fût pour lui bien étrange, / Il vivait. Il mourut quand il n’eut plus son ange ; / La chose simplement d’elle-même arriva, / Comme la nuit se fait lorsque le jour s’en va. »

Les excipit les plus mythiques

L’excipit du Père Goriot de Balzac : « Il lança sur cette ruche bourdonnante un regard qui semblait par avance en pomper le miel, et dit ces mots grandioses : – A nous deux maintenant ! Et pour premier acte du défi qu’il portait à la Société,  Rastignac alla dîner chez madame de Nucingen. »

L’excipit de Gatsby le Magnifique de Fitzgerald : « C’est ainsi que nous avançons, barque à contre-courant, sans cesse ramenés vers le passé. »

L’excipit le plus pictural

L’excipit du Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde: « Il était ridé, sa peau était desséchée et son visage repoussant. Ce n’est que lorsqu’ils eurent examiné ses bagues qu’ils le reconnurent. »

L’excipit le plus poétique

L’excipit du Lion de Kessel : « Patricia se mit à pleurer comme l’eût fait n’importe quelle petite fille, comme n’importe quel enfant des hommes. Et les bêtes dansaient.»

Vous souhaitez en savoir plus sur Le Rouge et le Noir, Les Misérables, Le Père Goriot ou Gatsby le Magnifique ? Découvrez La première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con, de Sarah Sauquet aux éditions Eyrolles

Vous souhaitez relire des extraits du Rouge et le Noir, du Père Goriot, des Misérables et de Candide ? Vous souhaitez relire l’excipit de Notre-Dame de Paris en intégralité ? Téléchargez notre appli Un texte Un jour !

Vous souhaitez relire des extraits de Notre-Dame de Paris et d’Au Bonheur des Dames ? Téléchargez notre appli Un Texte Un Eros !

Vous souhaitez relire des extraits de Gatsby le Magnifique et du Portrait de Dorian Gray ? Téléchargez notre appli A text A day !

Illustration : Anthony Quinn et Gina Lollobrigida dans Notre-Dame de Paris (Jean Delannoy, 1956)

Sarah Sauquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *