Manon

Avant, William Hogarth

Rares sont les prénoms qui portent en eux un tel imaginaire littéraire ! Manon est bien évidemment Manon Lescaut, l’inoubliable héroïne du roman de l’Abbé Prévost. Que raconte ce roman ? Manon Lescaut, roman de mœurs du XVIIIèm siècle, relate les aventures sentimentalo-rocambolesques d’un couple infernal, celui formé par Manon et le chevalier Des Grieux.

Des Grieux est un jeune homme de bonne famille, promis à un brillant avenir, celui de Chevalier de l’Ordre de Malte – c’est le Polytechnique de l’époque. Lorsqu’il rencontre la très jeune Manon, son cœur ne fait qu’un bond, et il en est sûr, la demoiselle est la femme de sa vie. Malheureusement les dieux se sont ligués contre notre jeune homme puisque Manon, quatorze ans à peine, est envoyée au couvent par ses parents pour, je cite, « arrêter son penchant au plaisir ». C’est un remake de Roméo et Juliette que nous offre l’Abbé Prévost et les deux amants n’auront de cesse de se retrouver, de se séparer, de s’aimer et de se déchirer. « Ni avec toi ni sans toi », comme dirait Fanny Ardant dans La Femme d’à côté.

Où est Manon ?

Si Des Grieux et Manon n’arrivent jamais à s’aimer ni à se séparer, c’est en grande partie à cause de la complexité de notre héroïne. Parfaitement décrite par Marcel Proust comme un « être de fuite », Manon n’est jamais là où on l’attend, ni jamais là tout court. C’est une fille volage qui assume l’impétuosité de ses désirs, c’est la femme qui vous rend fou, vous promet monts et merveilles, ne vous rappelle jamais, et réapparaît lorsque vous avez enfin réussi à l’oublier. Manon Lescaut pourrait se résumer à un personnage insupportable, mais ce serait se méprendre sur les intentions de l’auteur.

Une héroïne moderne

Manon Lescaut est en effet celle qui cite Racine dans le texte, qui fait preuve de beaucoup d’esprit et qui sait ouvrir son cœur, une fois la carapace fendue. Le sourire coquin et l’œil qui frise en étendard, cette charmeuse avance ses pions comme personne, et n’a aucun scrupule à se servir de ses atouts qu’elle sait à la fois rares et nombreux. C’est une héroïne moderne, une féministe avant l’heure, qui a simplement choisi de vivre comme elle l’entend. Rien d’étonnant à ce que Massenet et Serge Gainsbourg ne se penchent sur son cas.

Vous souhaitez relire des extraits du roman de l’Abbé Prévost et notamment le portrait de Manon ? Téléchargez nos applis Un texte Un jour et Un Texte Un Eros !

Illustration : Avant, William Hogarth (1697-1764), Victoria and Albert Museum

 

 

Sarah Sauquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *