Quels personnages de la littérature classique pourraient être membres du jury au festival de Cannes ?

Cannes

Le festival de Cannes a commencé ! Petit tour d’horizon des personnages qui pourraient, grâce à leur sensibilité artistique, une personnalité haute en couleur et un rayonnement international faire partie du jury du festival !

Gatsby le magnifique 

Sa sensibilité et son raffinement, doublés d’un sens inégalé de la fête, font de Gatsby le candidat idéal, qui apporterait une touche de glamour essentiel au festival.

Isabel Archer dans Portrait de femme

L’héroïne d’Henry James est une Américaine pleine d’esprit ! En quête d’enrichissement esthétique en Europe, elle est obsédée par sa liberté intellectuelle qu’elle a peur de perdre. Son biculturalisme ferait d’elle un membre idéal, promesse de nombreux débats.

Kim

Le héros de Rudyard Kipling est un orphelin irlandais qui a grandi à Lahore, livré à lui-même. Devenu membre des services secrets britanniques, il est la parfaite incarnation du renouveau culturel d’une Asie qui a dépassé son héritage colonialiste. Son sens du secret professionnel et de la diplomatie feraient merveille au sein du jury.

Wilhelm Meister

Le héros du roman de Goethe est un voyageur, passionné de littérature et de théâtre et notamment de Shakespeare dont il aime à décortiquer les pièces. Comédien à ses heures perdues, il constituerait un membre du jury à la fois passionné et véritable garant de l’indépendance d’esprit du jury.

Lucy Honeychurch dans Avec vue sur l’Arno

L’héroïne du roman de Forster est une pianiste de grand talent qui serait sûrement ravie de faire partie du jury du festival de Cannes ! Ecartelée entre son éducation victorienne et une culture latine qu’elle se forge notamment en Italie, elle trouverait dans le festival une formidable respiration, et s’investirait pleinement dans les délibérations ; matières à réflexion pour sa propre évolution.

Jean Des Esseintes dans A rebours

Le héros du roman de Huysmans, est un monomaniaque passionné de culture sous toutes ses formes. Ce bibliophile n’aurait aucun mal à rester en vase clos plusieurs jours durant pour visionner des films et en débattre.

Fitzwilliam Darcy dans Orgueil et préjugés

Le héros du roman de Jane Austen est un véritable esthète. Ce collectionneur d’art et mélomane cache derrière une apparente froideur une grande sensibilité. Parangon de l’honnêteté intellectuelle, il resterait de marbre face aux bassesses des festivaliers qui pourraient tenter d’influer sur ses choix.

Joséphine March dans Les quatre filles du docteur March

L’héroïne du roman de Louisa May Alcott est une jeune femme entière. Passionnée de théâtre, c’est un écrivain à l’indéniable sensibilité qui saurait parfaitement analyser les ressorts scénaristiques des films en compétition.

Et ceux qu’il ne faut surtout pas convier…

Oblomov

Représentation par excellence de la léthargie et de la myopie de l’aristocratie russe du XIXè siècle, le héros du roman de Gontcharov est un gentil garçon qui semble né pour dormir… et ne rien faire ! Oblomov s’endormirait devant la moindre projection, l’obscurité à peine faite.

Falstaff

Quel gâchis ! Ce personnage shakespearien, que l’on retrouve aussi bien dans Henri IV que dans Les Joyeuses Commères de Windsor est un bouffon truculent impossible à canaliser. Roublard et menteur, il transformerait le moindre jury soudé en véritable champ de bataille.

Vous souhaitez relire des extraits de Gatsby le magnifique, Portrait de Femme, Orgueil et préjugés ou Les quatre filles du docteur March ? Téléchargez notre application A text A day !

Illustration : une partie des membres du jury du festival de Cannes de 2015

Sarah Sauquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *