De l’œil de Baudelaire à l’âme du poète : huit raisons de relire Baudelaire

Baudelaire-un-texte-un-jour

2017 sera l’année Baudelaire ou ne sera pas ! Pour célébrer les 160 ans de la parution des Fleurs du mal et les 150 ans de la disparition de leur auteur, le Musée de la Vie romantique à Paris organise, du 20 septembre 2016 au 29 janvier 2017 une exposition, « L’œil de Baudelaire ». L’occasion pour nous de revenir sur huit raisons de relire le poète

Baudelaire est accessible

N’ayons pas peur de le dire ! Loin des tourments de la poésie rimbaldienne, à mille lieux des créations linguistiques et formelles d’un Mallarmé, loin des errances d’un Lautréamont, la poésie de Baudelaire est accessible, et c’est l’un de ses grands intérêts. Vocabulaire exigeant mais simple, poèmes structurés qui constituent des récits, il est facile de se plonger dans l’œuvre de Baudelaire. Et d’y nager.

Baudelaire est moderne et classique à la fois

Classique et moderne à la fois ! Qu’est-ce que cela signifie ?

Baudelaire est avant tout un poète classique. Il a recours aux alexandrins (vers de 12 pieds) et aux sonnets, qui sont des formes extrêmement classiques. C’est d’ailleurs ce classicisme formel qui participe de son accessibilité. Néanmoins, Baudelaire reste moderne à travers ses thèmes. Il est un des premiers qui introduit le thème de la ville en poésie, et notamment de la ville en travaux. Il évoque également des thèmes tels que la laideur ou la sexualité, ce qui est totalement novateur – et scandaleux- à l’époque. Baudelaire est donc moderne dans ses thèmes et classique dans sa forme.

Baudelaire vous fera redécouvrir Paris

Que ce soit dans Les Fleurs du mal ou dans Le Spleen de Paris, Baudelaire nous décrit un Paris qui n’est plus, le Paris des transformations du baron Haussmann, un Paris gris des toits de zinc, mais aussi le Paris de la bohème. Inutile de vous dire que cela a un charme fou.

Baudelaire vous initiera à la mélancolie et au Spleen

L’homme baudelairien est un homme déchiré, écartelé entre l’aspiration à l’élévation (ce qu’il nomme « Idéal ») et l’attirance pour la chute, (ce qu’il appelle le « Spleen ») et qui finit toujours par triompher. La poésie baudelairienne décrit à merveille l’insidieuse et sourde mélancolie, le ciel « bas et lourd » qui « pèse comme un couvercle » ; mais également les cauchemars, l’angoisse et l’enfermement. Baudelaire est le poète qui parle d’ailleurs à merveille aux adolescents.

Baudelaire vous fera aimer les femmes

Les femmes constituent la grande affaire de la vie de Baudelaire. Ayant souffert d’une relation plus que complexe avec sa mère, Baudelaire est l’homme qui constamment hésite entre sacralisation et détestation du sexe féminin. Ses poèmes constituent une véritable ode au corps féminin et à la sensualité. Le recueil Les Fleurs du mal a d’ailleurs failli s’appeler Les Lesbiennes. Ses amours sont en tout cas malheureuses, à l’image d’un poète romantique. Un poème tel qu’ « A une passante » décrit à merveille la femme idéale selon Baudelaire : lointaine, distante, de noir vêtue et mystérieuse.

Baudelaire vous apprendra à aimer la peinture

Passionné de peinture, véritable esthète, Baudelaire a consacré de très nombreux écrits aux peintres et sculpteurs de son temps. Plusieurs de ses poèmes, comme « Les Phares » par exemple », constituent de véritables hommages à la peinture. D’autres comme « A une charogne » font par exemple penser au Bœuf écorché de Rembrandt. Lire Baudelaire, c’est apprendre à contempler une œuvre d’art.

Baudelaire vous révèlera la beauté secrète de la laideur

« Tu m’as donné ta boue, et j’en ai fait de l’or » : à lui tout seul, ce vers résume l’esthétique de Baudelaire. Qu’il s’agisse de souffrances, de mal-être, de charognes en décomposition, de traversée des Enfers, Baudelaire sait, tel un alchimiste, transmuer le laid, et rendre beau n’importe quel sujet.

Baudelaire vous invitera à la redécouverte de vos sensations

Lire Baudelaire, c’est entreprendre un voyage au cœur de ses propres sensations, de ses souvenirs olfactifs, musicaux et sentimentaux. Ses poèmes constituent une célébration du passé, qu’il prenne la forme d’un Paris disparu, d’un tableau découvert, d’une femme aimée ou d’un pays visité. Avant Proust, Baudelaire parlait déjà des synesthésies et des sensations comme moyen de revivre le passé.

Pour en savoir plus

Exposition « L’œil de Baudelaire » au Musée de la Vie romantique : http://www.vie-romantique.paris.fr/fr

Vous souhaitez relire les poèmes de Baudelaire ? Téléchargez notre appli Un Poème Un Jour !

Vous souhaitez en savoir plus sur l’exposition ? Découvrez notre interview de Clara Muller

Illustration : Charles Baudelaire par Etienne Carjat

Sarah Sauquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *