Sept héroïnes méconnues de la littérature classique

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, nous avons souhaité vous présenter quelques héroïnes de la littérature classique. Souvent oubliées, parfois issues d’œuvres elles-mêmes oubliées, ces héroïnes frappent, pourtant, par leur courage, leur modernité, et par leur tentative de s’affranchir des règles pour tracer leur propre chemin.

Émilie dans Cinna, Pierre Corneille, 1641

Héroïne passionnée et déterminée, devant laquelle les hommes s’inclinent, Émilie complote contre l’empereur Auguste qu’elle souhaite voir mort, pour avoir tué son propre père. Elle est amoureuse de Cinna.

Hortense dans Le Petit-Maître corrigé de Marivaux, 1734

Aussi belle que brillante, Hortense, en sa qualité de fille de comte, est promise au marquis Rosimond. Si ce dernier pense l’affaire conclue la jeune fille à peine rencontrée, Hortense frappe Rosimond par sa force de caractère, son refus des conventions et son exigence envers elle-même comme envers les autres. Horripilée par un fiancé qui la prend pour une oie blanche, Hortense annonce la couleur : si Rosimond ne se corrige pas, Hortense fera annuler le mariage !

Eugénie Danglars dans Le Comte de Monte-Cristo, Alexandre Dumas, 1844

Âgée de dix-sept ans, Eugénie Danglars, est un électron libre mû par l’amour de l’art, qui ne rêve que de devenir cantatrice et de se soustraire aux rêves de mariage que son père, le baron Danglars, forme pour elle. Amoureuse de son professeur de musique, la jeune et jolie Louise d’Armilly, Eugénie stupéfait son entourage par son aplomb et son esprit d’initiative. Elle est capable de tous les risques pour vivre la vie qu’elle s’est imaginée.

Aurore de Lautenbourg-Detmold dans Kœnigsmark, Pierre Benoit, 1918

Fille d’un fantasque prince mongol, Aurore de Lautenbourg-Detmold est une princesse qui ensorcèle tout son peuple se distingue par une surprenante alchimie avec la nature. Chasseuse hors-pair capable de recueillir entre ses mains et de baiser l’oiseau qu’elle vient de tuer, Aurore est aussi une excellente cavalière, un « Murat androgyne », à laquelle son cheval fougueux, nommé Tarass Boulba, est entièrement soumis.

Julie Gamelin dans Les dieux ont soif, Anatole France, 1912

Sous la Terreur, Julie Gamelin est une ancienne ouvrière des modes qui a été enlevée et emmenée à Londres par son fiancé, Fortuné de Chassagne. Lorsque les amants reviennent à Paris, Fortuné, noble, est emprisonné sous la Terreur par le Tribunal révolutionnaire. Julie, hardie, aventureuse et prête à tout pour faire libérer son amant, se déguise en commis drapier, et pénètre les milieux interlopes du Tribunal révolutionnaire.

Clara Zetkin dans Les Cloches de Bâle, Louis Aragon, 1934

Âgée d’une cinquantaine d’années, Clara Zetkin est une militante allemande qui fait son apparition lors du congrès socialiste de Bâle, en 1912 où elle prend la parole « au nom de toutes les femmes socialistes ». Apôtre de la paix et d’une solidarité à la fois féminine et intemporelle, Clara Zetkin transcende les peuples.

Pélagie LeBlanc dans Pélagie-la-Charrette, Antonine Maillet, 1979

Au XVIIIème siècle,  Pélagie LeBlanc, âgée de 20 ans, subit le traumatisme du Grand Dérangement  et est déportée en Géorgie, où elle devient esclave dans les champs de coton. Après quinze années de servitude, Pélagie, hantée par sa terre natale, emmène ses enfants à bord d’une charrette et tente le tout pour le tout pour retrouver sa terre natale. Son infernale odyssée durera dix ans.

Vous souhaitez en savoir plus sur ces héroïnes ? Découvrez Un prénom d’héroïne et de héros, le dictionnaire des prénoms littéraires de Sarah Sauquet dans lequel vous sont présentés 244 prénoms et 400 personnages.

Illustration : Octavia Spencer, Taraji P. Henson et Janelle Monàe dans Les Figures de l’ombre (Theodore Melfi, 2017)

 

Sarah Sauquet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *